lundi 12 novembre 2012

Velociraptor's diary

"Je me suis faufilée entre ses jambes en mode sniper quand elle a ouvert la porte à sa visiteuse, mais cette greluche m'a enfermée dans le couloir...  A croire que mon camouflage s'améliore.
Note pour plus tard: utiliser le camouflage à des fins personnelles.

Je gratte à la porte mais la musique est bien trop forte, personne ne m'entend.
Note pour plus tard: mettre au point un dispositif pour atteindre le bouton sonore sur le mur, qui visiblement l'attire.

Dix minutes ont passé. Je miaule, je vais peut-être alarmer un voisin de palier.
RIEN. Ma parole, sont-ils sourds? Quelle bande de primates, je plains leur espèce.

Je grattouille les murs de moquette et je m'étire. Les bruits et les senteurs me déplaisent. Je regrette presque l'affreuse odeur de son encens au thé vert.

Quinze minutes ont passé. Je n'arrive pas à croire qu'elle ne soit toujours pas rendue compte de mon absence. Je fais mes griffes sur les paillassons des voisins pour passer le temps.

Vingt minutes. Je m'attaque au petit sac d'ordures devant la porte du voisin du fond. Dans l'éventualité de devoir rester ici toute la nuit, il me faut des provisions. J'étale le contenu du sac poubelle dans le couloir pour une meilleure visibilité.

Trente minutes ont passé. La grosse cabine qui monte et qui descend s'est mise en branle. Je l'entends. C'est peut-être ma chance? Je me mets devant la porte.

Enfin, quelqu'un en descend. Je reconnais l'odeur de cette personne et dans un élan de désespoir, je me jette dans ses pattes.

Ma queue a été écrasée, mais cela valait le coup. Je suis sauvée. La porte de l'appartement s'ouvre, et  l'abominable personne qui me sert de maîtresse se rend enfin compte de son monumental oubli.

Je me frotte à ses jambes, je ne suis pas rancunière, mais cette conne doit déjà être bourrée. Elle rit, c'est vexant. Soit-disant j'aurais une grosse queue.

J'aurais bien mérité un bout de jambon, mais elle me jette. Soit-disant c'est réservé aux invités.
Note pour plus tard: chiper du jambon.

Je m'isole, je suis horriblement humiliée. Tout le monde rit et montre du doigt ma grosse queue.
Je me terre au fond du lit et réfléchis à ma formidable vengeance...

...

Tiens, le bouton sonore de la porte a retenti. Une petite voix lointaine me dit de ne pas y aller mais ça à l'air terriblement amusant. Je me faufile entre ses jambes en mode sniper..."

10 commentaires:

  1. Adorable. Tu parles très bien le chat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. des années de pratique, des années!

      Supprimer
  2. P***** ils sont vraiment tous pareil !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai trouvé ton blog. Et j'ai appris à écrire. Comment je vais te pourrir tes posts, tu vas voir. DTCGC !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui ai posté sous le pseudonyme de Felina et,évidemment,je ne suis pas un chat. Quelle pitoyable supercherie.

      Supprimer
    2. Je me disais aussi... avec ses griffes de 10 cm c'est tout bonnement impossible de taper à l'ordi...

      Supprimer
  4. Dans Ton Cul Grosse Conne? Comment oses-tu?

    RépondreSupprimer
  5. I'M Sorry? Ouai tu fais bien.

    RépondreSupprimer